La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Le discours d'un roi

Publié par Clément sur 14 Novembre 2013, 15:55pm

Catégories : #Quai d'Orsay, #cinema, #Made in France, #comédie, #2013

Le discours d'un roi
Le discours d'un roi

Il y a 2 sortes de films, ceux dont l'intrigue ou la tête d'affiche va nous pousser à nous rendre en salles, et ceux dont on dira : "Tiens c'est le dernier Woody Allen !". Et bien qu'il ne soit pas Woody Allen, Bertrand Tavernier est de ceux-là, et il peut s’y complaire.

Après La Princesse de Montpensier, le cinéaste revient avec l’adaptation sur grand écran de la BD « Quai d’Orsay », et vient nous conter l’histoire d'Arthur, un petit nouveau au Quai d'Orsay qui se voit confier d'emblée l'écriture des discours du ministre des affaires étrangères, rien que ça. Et si le jeune homme est une pointure en la matière, il en faudra bien plus pour contenter Monsieur Alexandre Taillard de Worms, un Dominique de Villepin énergique et pointilleux savoureusement interprété par Thierry Lhermite...

Le discours. Cet éternel débat entre Gorgias et Socrate. Cet exercice admirable et symbolique. Cet outil si précieux du politique en campagne. Ce voisin de la dissertation qui n'en est pas une. Une éternelle nuance, affaire de tous mais clamé par un seul, un sujet en or pour le cinéaste.

Tavernier s'amuse, et se promène dans les coulisses du pouvoir avec le regard amusé d'un petit garçon. Moins dans l'empathie que dans la satyre, le cinéaste pointe les problèmes de communication au sein du gouvernement dans un esprit très subtil. Ceci est formidablement bien imagé par la confrontation des espaces: on passe de l'exigu au vaste, de l'étroit à l'ouverture d'esprit, du concret à l'abstrait, avec un long couloir et des portes qui claquent comme fossé des cultures.

Ce presque huit-clos s'écoute et se regarde avec oreilles attentives, parce qu'il est truculent et jubilatoire. Et la cadence est tenue jusqu'au bout grâce à un comique de répétition qui fait mouche et des acteurs phénoménaux à commencer par Thierry Lhermite, délicieusement caricatural dans le fauteuil du ministre. Lui répondent un Raphaël Personaz étonnant, mais surtout un Niels Arestrup parfait dans le registre comique. De raté, il n'y aurait finalement que la fin qui nous laisse quelque peu...sur notre faim.

Il y aura plusieurs façons de capter la morale du film, ou plutôt deux étapes de compréhension : D'abord moqueur vis-à-vis du gouvernement, Tavernier glisse progressivement vers l'admiration grâce au regard d'Arthur, et ce sans jamais perdre de vue le cœur de son sujet. Dès lors il n'appartient qu'à nous de choisir. Soit l'on rit gentiment du désastreux système de communication du ministère des affaires étrangères, soit l'on comprend la lourde tâche qu'est la conception d'un discours, véritable clé du casse-tête politique que doit gérer le Quai d'Orsay au quotidien.

Le discours, ce bout de papier vulgaire parfois transformé en machine de guerre. Une pièce d'échec dans notre société ultra-médiatisée, de l'image et du mot près. Un enjeu de tous les conflits, justement filmé par un cinéaste passionné et passionnant. Non seulement je l'ai vu, mais j'ai aimé le dernier Tavernier.

Vous n'avez rien lu...

PS: Depuis lundi, vous avez maintenant le possibilité d'écouter ma critique en audio (chronique l'Instant Critique tirée de l'émission de radio Fréquence Ciné), au bas de chaque article. Préférez-vous lire ou bien écouter cette critique, n'hésitez pas à déposer un commentaire juste en-dessous pour donner votre avis sur la question, et à liker si la critique vous a plu :)

Le discours d'un roi

Cliquez ici pour télécharger la critique audio ! :)

Archives

Articles récents