La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Un hommage convenu mais sincère

Publié par Clément sur 26 Décembre 2013, 10:46am

Catégories : #cinema, #Mandela, #2013, #drame, #biopic, #Justin Chadwick, #Idris Elba, #Naomie Harris

Un hommage convenu mais sincère

Comment ne pas débuter cette critique par un hommage au héros ? Considérons plutôt que la fin de celle-ci s'en chargera. Mais surtout, comment ne pas questionner l'heureux concours de circonstances qu'est la sortie de son biopic quasi-officiel deux semaines seulement après son décès ? Et si derrière la roche, anguille il y a, le film est bien là, résumant en quelques deux heures et demie le cœur de la vie de M. Mandela, de son enfance jusqu'à son investiture politique en passant par ses luttes anti-apartheid et ses 27 années d'emprisonnement.

Projet ô combien ambitieux de s'attaquer à l'immense existence d'un tel mythe. Ambitieux comme Justin Chadwick, nom peu connu par chez nous puisqu'il n'a travaillé que sur très peu de films, dont Deux sœurs pour un roi qu'on a vite fait d'oublier... Chadwick est donc parti du principe qu'il fallait tout caser en deux heures et demie, guidé par un souci certain de l’authenticité des faits, attendu au tournant par une horde de puristes mandelistes de tous horizons. De son perfectionnisme, on obtient donc un biopic fidèle et détaillé, dans lequel on comprend tout le pourquoi du comment de l'ancien leader révolutionnaire de l'ANC, puis du président sud-africain, plus que jamais porte-parole de la paix dans le monde.

Ce qui est dommage, c'est que le récit devient très vite assez linéaire, en accordant une place équitable à chaque moment de la vie de Mandela sans jamais donner plus de profondeur à l'un plutôt qu'à l'autre. De facto, on ne fait qu'effleurer sur la longueur chaque scène à la surface sans jamais pouvoir se poser véritablement un véritable instant au fond des pensées du héros.

La faute aux prises de vue, très sommaires, à des plans toujours en mouvement, des scènes trop survolées qui rendent le film trop superficiel, presque comme si nous étions devant un portrait documentaire d'une figure historique auquel on a ajouté du contenu fictif, avec des acteurs forcément moins dans l'intensité que dans l'imitation. Je pense à Idris Elba, lui-aussi quasi-inconnu du grand public. Malgré sa voix très imposante, et son énorme travail pour coller au plus près à la démarche de Mandela, l'acteur ne va pas transcender nos esprits de par son interprétation, qui reste néanmoins suffisante. En revanche, Naomie Harris est lumineuse, et nous permet d'en apprendre davantage sur Winnie Mandela, son épouse, et dirigeante acharnée de l'ANC cependant que Mandela purge sa peine sur Robben Island.

Un hommage convenu mais sincère

C'est d'ailleurs cette partie-là qui s'avère être la plus passionnante, car on y voit Mandela cultiver le pardon 27 ans durant face au peuple blanc et aux gardiens de prison, personnages clés de son histoire, tandis qu'au dehors se poursuit le combat des noirs pour leur liberté. On comprend comment il a mûri de son expérience carcérale, pourquoi il en ressort en véritable symbole acclamé par toute une population, prônant désormais la paix et le pardon comme seuls véritables armes de résolution du conflit, qui sévit alors de plus en plus violemment dans les années 80.

J'en terminerai par la toute fin du film: à l’inverse de son introduction qui était un peu faiblarde, Justin Chadwick réussit parfaitement sa conclusion en un superbe travelling circulaire sur Mandela marchant dans les plaines sauvages d’Afrique du Sud, lequel enchaîne sur Ordinary Love, de U2 au générique. Niais mais sympathique.

Pour conclure, on a droit à un biopic assez propre, qui montre très bien la conciliation difficile entre vie privée et combat politique, et qui souligne une fois de plus la générosité d’un homme qui a donné sa vie pour la liberté des autres jusqu’à s’oublier lui-même. Quelques soucis pour ce qui est de mettre l’accent sur certains moments, rendant le film un peu plat, mais ça vaut le détour pour quiconque souhaite connaître le pourquoi du comment de cet emblème qu’est Nelson Mandela.

Vous n'avez rien lu...


PS : Vous êtes tranquilles pour cette fois-ci, je ne ferai pas la promo de Fréquence Ciné, tous les mercredis à 18h sur www.radiocoquelicot.com :D (Oups... xD)

Un hommage convenu mais sincère

Archives

Articles récents