La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Un ange passe

Publié par Clément sur 7 Mai 2014, 16:32pm

Catégories : #Pas son genre, #Lucas Belvaux, #Emelie Dequenne, #Loïc Corbery, #Comédie romantique, #France

Un ange passe

Aujourd’hui, l’heure est à la comédie romantique avec « Pas son genre », un film de Lucas Belvaux avec Emilie Dequenne et Loïc Corbery (de la Comédie Française). Ou la rencontre entre Clément, professeur de philosophie et Jennifer, coiffeuse. Deux personnes que tout oppose de par leurs cultures et leurs caractères respectifs, et pourtant, l’amour s’en mêle…

Quand on regarde « Pas son genre », on est amoureux. De l’amour, de la différence, de l’autre, et de l’histoire de Jennifer et Clément. Elle, heureuse, bondissante et joviale, lui, plus terne, normé et introverti. Qu’on soit coiffeuse ou prof de philo, on ne peut que se retrouver dans l’un ou dans l’autre, si ce n’est dans les deux. Et c’est ce qui nous amène à partager l’émotion qui est la leur, avant même qu’ils ne se rencontrent.

Si l’on ne compte que très peu d’acteurs au casting de ce film, c’est parce qu’il est dominé avec brio par Emilie Dequenne et Loïc Corbery. Deux acteurs qui subjuguent ici par leur seule présence gestuelle ou vocale, de sorte à ce qu’entre deux tubes d’Hermes House Band, les silences soient aussi jouissifs que la parole. De son côté, Lucas Belvaux prend son temps, et vient s’allonger près des visages de ses acteurs pour en prélever la moindre respiration.

Un ange passe

Mais derrière la douceur apparente du mouvement demeure l’affrontement violent des cultures, comme ces contrastes récurrents entre le monde triste, rangé et isolé de Clément contre l’univers mobile, vif et coloré de Jennifer. Oh my god la mise en scène est géniale ! Comme pour ces moments à pleine puissance à coup de plans rapprochés sur Emilie Dequenne chantant « You can't hurry love » ou « I Will Survive », ou encore cette fabuleuse apogée de la communion amoureuse sur « Life is Life ».

Et quand bien même la fin peut surprendre, la morale de ce film a ceci d’intéressant qu’elle ne nous impose pas de croire si oui ou non, on peut aimer en étant différents l’un de l’autre. Parce que c’est quelque chose qui ne se définit pas par convention, mais par instinct, en fonction de la personne qui nous fait face, et qui nous contemple en retour.

De cette histoire d’amour, vous n’en retirerez que du bon, tant les acteurs vous emportent avec eux dans leurs interprétations, comme ils ont su emporter Lucas Belvaux avec eux dans la mise en scène. Bref, quand on regarde Pas son genre, on est amoureux, du cinéma.

Bonne semaine à tous, moi, je cinéphile ! :)

Note : 9/10

Un ange passe

Archives

Articles récents