La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Objection votre honneur

Publié par Clément sur 27 Octobre 2014, 09:37am

Catégories : #Le Juge, #David Dobkin, #drame, #Robert Downey Jr, #Robert Duvall, #USA, #2014

Objection votre honneur

L’ennui avec les superhéros au cinéma, c’est qu’ils sont tellement extraordinaires qu’on peine à voir revenir leurs interprètes à des rôles…ordinaires… Exemple ce mois-ci avec le charismatique Robert Downey Jr alias Iron Man. Délaissant un temps la troupe des Avengers pour recoller à des films plus intimistes, le voici aujourd'hui dans Le Juge, de David Dobkin.

L’acteur campe ici Hank, un avocat brillant de Chicago dont la mère vient de mourir. Lorsqu’il joint l’Indiana pour assister à ses funérailles, il y retrouve alors son père, avec qui il entretient des rapports difficiles, et découvre que ce dernier est accusé d’un meurtre. L’occasion pour Hank de se faire l’avocat du diable…

Moi qui m’attendais à un procès captivant et argumenté avec conviction, je suis tombé sur un récit plaintif trainé tant bien que mal par un Robert Downey Jr un peu seul à bord… Et tout commence par la réalisation en elle-même avec une absence totale de mise en scène, un montage catastrophique, une qualité d’image atroce et enfin des caméras maniées comme un amateur par David Dobkin, qui confirme le niveau correspondant à ses précédentes réalisations.

Objection votre honneur

Ici des propos lancinants, un scénario vide et prévisible, la platitude des interprétations, des longueurs inquiétantes, quelques scènes largement dispensables/amputables sont venus à bout d’un récit pauvre en rythme et gravité. Pour ne rien arranger, le film dure 2h21, soit autant de temps perdu que j’aurais pu mettre dans Ninja Turtles à la place. Au moins je savais à quoi m’attendre…

Et parmi tous ces bémols, Robert Downey Jr semble être le seul à pouvoir sauver les meubles, quand bien même il se noie avec au final aux côtés des interprétations mollassonnes de ses partenaires de jeu… Seule reste l’incandescente musique de Thomas Newman, qui m’a rappelé ses compositions enveloppées de douceur et de fantaisie présentes dans Dans l’Ombre de Mary. De même, la fin amène son petit lot d’émotion qui rattrape comme elle peut le reste du film…

Pour résumer, tout n’est pas à jeter dans ce drame à la volonté évidente de bien faire, mais David Dobkin n’a que trop oublié de penser son film en termes d’effet. En résulte une composition platonique d’éléments peu efficaces, que cela soit au niveau de la mise en scène comme des interprétations. Reste Robert Downey Jr, à l’aise et crédible, dommage pour lui car finalement, c’est bien le seul…

Bonne semaine à tous, moi je cinéphile ! ;-)

Note : 4/10

Objection votre honneur

Archives

Articles récents