La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Marchal réveille le polar français

Publié par Clément sur 3 Novembre 2012, 10:12am

Catégories : #Braquo, #série

Braquo respire le cuir, le flic mal rasé et la sincérité

Marchal réveille le polar français

Rare sont ceux qui comme Olivier Marchal savent filmer le flic dans sa plus stricte intimité. Peut-être parce qu'il en était un, pour sûr. Grâce à lui, le polar made in France retrouve un visage réel et brut.

Aux commandes des 6 premiers épisodes, le réalisateur nous raconte l'histoire de 4 flics en quête de vengeance après avoir perdu leur collègue et meilleur ami. Pour ce faire, travers et magouilles sont de mise pour passer outre la loi qu'ils protègent. Dès lors une question se pose: A quoi tient la loyauté quand le délit est commun ?

Pour y répondre, la série jouit d'un casting prestigieux: Qui d'autre que Nicolas Duvauchelle pour incarner un capitaine de la police judiciaire perdu entre ses descentes de coke et les coucheries régulières ? Et par dessus tout, qui d'autre que Jean-Hugues Anglade, sous gravité, pour être ce flic rongé par la tourmente ?

A la réplique, une pléiade d'acteurs tous très talentueux dont chaque tonalité est captée dans leurs paroles. C'est le style Marchal: s'approcher au plus près du flic bourru pour en extirper ce qu'il y a de plus enfoui. C'est en ce sens qu'il confère à chaque séquence une ambiance sombre, mais gracieuse. Une attention toute particulière est portée aux décors pour recréer le monde policier avec toute la violence qu'il peut contenir. Dans les gestes, cette violence sera intense et intelligente. Elle est la traduction de la parole lorsque celle-ci ne trouve plus de signifiant.

Et pourtant les dialogues ont de quoi assurer la cadence ! Résonnant à chaque plan, les répliques font mouche et finissent d'asseoir le spectateur dans son fauteuil. C'est bien dans le ton que l'on trouvera son plaisir, car il est constant tant dans sa brutalité que dans son impact. De ce fait chacun occupe une présence incroyable à l'écran.

Ici le flic est honoré dans ses valeurs premières: sens du devoir et loyauté.

Braquo respire le cuir, le flic mal rasé et la sincérité, et confirme une fois de plus la place de Marchal en tant que haut gradé du polar français. Pourvu que ça dure...

Vous n'avez rien lu.

Archives

Articles récents