La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Patrouille Nocturne

Publié par Clément sur 8 Mars 2013, 12:22pm

Catégories : #Kavinsky, #musique

Patrouille Nocturne
Patrouille Nocturne

Kavinsky, c'est à coup sûr le nom qui manquait à l'electro. Révélé avec la BO intense et polaroïde de Drive, le dj parisien s'impose sans problème sur la scène internationale, désormais assimilé à Daft Punk, Mr Oizo ou encore Sebastien Tellier. Du talent à revendre made in France, la preuve en EP avec NightCall:

C'est une savante déclinaison de 2 titres en plusieurs versions qui s'offre à nous. Déjà que le bon et bleu Nightcall s'ecoute en boucle, c'est avec bonheur qu'on se le repasse ici en versions funk, dancefloor ou encore rock'n roll, et c'est que du bon. Le second, Pacific Coast Highway, déploie tout ce qu'il faut là où il faut: un sacré tempo claqué au synthé qui mêle peintures urbaines et lubies nocturnes, dans une ville californienne rythmée par les sirènes de police à l'heure des années 80. On se croirait dans Le Flic de Bervely Hills, sauf qu'ici, c'est Kavinsky qui fait la loi, et je m'y plie volontiers.

Le DJ s'est construit un personnage de super-héros mystérieux avec sa Chevrolet Malibu 1973, la même que conduisait Ryan Gosling dans Drive. Ce n'est pas pour rien qu'on le retrouvera au générique de la bande-son de GTA V. Ce n'est pas pour rien qu'il a remis ça en février dernier avec la sortie d'OutRun, son dernier album.

Kavinsky, c'est avant tout le charme électrisant des eighties, à l'image du très magnétique Protovision, une tuerie. La patrouille nocturne continue avec Rampage, se trempant dans le film d'angoisse à la Wes Craven, tandis que s'immisce une touche de hip-hop chez Suburbia, pas transcendant pour autant ici. Heureusement Testarossa Autodrive et son assenante mélodie arrivent à point nommé, avant de laisser la place à NightCall, la pièce de maître du DJ. Les suivants conservent l'esprit polar avec des sonorités forçant volontiers l'imaginaire à se fondre dans le décor policier, on citera les honorables Deadcruiser et Firstblood entre autres.

De manière globale, cet album est taillé en dents de scie avec des morceaux opaques et parés de références, et des titres plus sobres aux mélodies très linéaires. Mais gardons-nous de le critiquer, sa dernière oeuvre s'écoute avec oreilles attentives, preuve que Kavinsky vise toujours juste, la classe en prime.

Vous n'avez rien lu...

PS: Je vous laisse avec Pacific Coast Highway et Testarossa Autodrive. Retrouvez la suite sur Deezer et autres Spotify :)

Archives

Articles récents