La Minute Blond

Cinéphilement vôtre


Que la joie demeure

Publié par Clément sur 8 Février 2013, 15:36pm

Catégories : #Happiness Therapy, #cinema

Que la joie demeure
Que la joie demeure

Happiness Therapy, prix du public au festival de Toronto et prétendant à 8 catégories dans la course aux Oscars, semble être le film à ne pas rater de ce début d'année. Ce qui fut chose confirmée après visionnage, lisez plutôt (non, pas le chien de Mickey...).

Ouverture plan fixe: Bradley Cooper, de dos, nous raconte qu'il aime bien le dimanche ("manche"). Ce dont je doute, le dimanche ("manche") est le jour officiel des déprimés.

Qui plus est Pat, son personnage, s'est fait trompé par sa femme qui, après l'avoir quitté, a sagement vendu leur maison puis s'est tirée avec son amant, laissant à notre héros le soin de retourner vivre chez ses parents. Rien ne va plus, mais Pat ne désespère pas de la reconquérir et décide de penser positif entre 2 crises de dépression et quelques séances chez le psy. Jusque-là, rien de bien exceptionnel, on s'attend au petit film indépendant bateau et plat. Et ce jusqu'à ce que débarque Jennifer Lawrence au bout de 20 petites minutes.

Une actrice que j'ai découvert et adoré dans le rôle de veuve nympho/névrosée. Elle compose avec son partenaire de jeu un couple improbable. L'un comme l'autre s'inscrivent très bien dans le registre de la comédie dramatique, et s'avancent progressivement vers une love story en dents de scie qui a l'avantage de ne jamais sombrer dans le pathos, pas même sur la fin bouclée en une happy-end très sobre. Le rapport père-fils sera aussi abordé, à l'instar de Robert de Niro, qu'on se plaît à voir pleurer dans une scène sur le ton de la confidence.

"Psychodrame satirique glissant joliment vers le feel-good movie"

Description toute trouvée que j'emprunte à Studio Ciné Live, avec qui j'accorde également mes violons sur le scénario: un récit cohérent teinté d'un soupçon d'humour noir. Et si déprime il y avait, déprime il n'est plus ! Quant aux dimanches ("manche"), je suis bel au bien convaincu qu'ils ne sont pas plus que la veille du lundi.

Vous n'avez rien lu...

PS: A ceux qui se reconnaîtront dans les dimanches ("manche")

Archives

Articles récents